Prévoyance et protection financière de la famille : assurance décès et assurance vie

La naissance d’un enfant est un moment magique. C’est aussi le moment où les parents prennent pleinement la mesure de leur responsabilité. Les parents deviennent responsables de l’avenir de leur enfant. Ainsi, les parents sont nombreux à chercher des solutions pour garantir la sécurité financière de leurs enfants, en particulier en cas de coup dur.

 

Pour protéger sa famille, il existe deux dispositifs de prévoyance offrant une protection financière dont les noms sont proches mais leur fonctionnement radicalement différent : l’assurance décès et l’assurance vie. Quelles sont les caractéristiques de ces deux dispositifs ? Que faut-il choisir entre assurance vie ou assurance décès ? Réponse dans cet article.

L’assurance décès

L’assurance décès protège les bénéficiaires du contrat (les enfants) contre le risque de décès du souscripteur dudit contrat. La protection ne couvre qu’une certaine période dans le temps. Typiquement, le souscripteur s’assure sur toute la période où il aura ses enfants à charge. Ce qui couvre généralement une période de 10 à 25 ans selon le moment où il souscrit l’assurance décès.

 

Le fonctionnement de l’assurance décès fonctionne comme une assurance classique : les sommes sont versées à fonds perdu en l’absence d’incident (le décès du souscripteur). L’assurance décès ne s’activera qu’en cas de décès du souscripteur. Dans ce cas, le montant des indemnités et la durée sur laquelle les bénéficiaires (généralement conjoint et enfants) les percevront sont définis au moment de la signature du contrat. L’indemnité dépend du montant des cotisations périodiques et de l’âge du souscripteur.

 

Sans surprise, les tables de mortalité indiquent que le risque de décès croît avec l’âge du souscripteur. À cotisation équivalente, les indemnités en cas de décès seront d’autant plus faibles que le souscripteur est âgé.

L’assurance vie

L’assurance vie est un dispositif dont le fonctionnement est tout à fait différent de celui de l’assurance décès. D’ailleurs, la plupart des souscripteurs d’assurance vie n’utilise pas tant ce dispositif pour protéger leurs enfants que pour développer leur patrimoine comme intention première. En pratique, l’assurance vie permet de protéger ses enfants tout en se constituant un capital.

 

En effet, les primes versées sur le contrat sont capitalisées. Le souscripteur peut diversifier son capital entre des fonds euro (des placements offrant une garantie sur le capital investi) et des supports en unités de compte potentiellement plus rémunérateurs mais également plus risqués. Les supports en unités de compte sont généralement recommandés pour investir à long terme.

 

Ainsi, l’assurance vie s’apparente davantage à un produit d’épargne. Le souscripteur peut réaliser des retraits et des versements à tout moment. Par ailleurs, dès lors que le contrat a plus de 8 ans, le souscripteur peut réaliser des retraits en bénéficiant d’un abattement de 4600 euros sur les plus-values imposables (cet abattement est doublé pour un couple).

 

En cas de décès du souscripteur, le capital présent sur l’assurance vie ira à ses bénéficiaires désignés. L’assurance vie bénéficie d’un régime fiscal privilégié en termes de transmission du patrimoine. Chaque bénéficiaire (chaque enfant) bénéficie d’un abattement de 152 500 euros au moment de la succession. Cet avantage fiscal n’est valable que pour les primes versées sur l’assurance vie avant les 70 ans du souscripteur.

 

Il est important d’expliciter ici qu’en cas de décès, l’assurance vie n’offrira une protection financière aux bénéficiaires (généralement les enfants du souscripteur) qu’à la hauteur des encours sur le contrat. Ainsi, un contrat d’assurance vie avec un faible encours n’offrira qu’une faible protection financière à ses bénéficiaires. Là où au contraire, une assurance décès garantie une indemnité minimale même en cas de décès du souscripteur peu de temps après la signature du contrat.

 

Assurance décès et assurance vie répondent donc à des objectifs très différents. L’assurance vie est le produit le plus populaire en raison de sa double casquette : outil patrimonial et avantages fiscaux pour les bénéficiaires du contrat.

Advertisement

Leave a Reply

Ad Blocker Detected

Our website is made possible by displaying online advertisements to our visitors. Please consider supporting us by disabling your ad blocker.

Refresh