6 aliments à éviter pendant la ménopause

Vous êtes en ménopause ou sur le point de l’être ? Bien que la femme moyenne soit ménopausée entre 45 et 55 ans, de nombreuses femmes commencent à avoir des symptômes vers la fin de la trentaine qui peuvent durer jusqu’à la soixantaine.

Le test de ménopause de Thorne est un test de salive facile à réaliser à domicile qui peut vous aider à comprendre les hormones liées à la ménopause.

Ce que vous mangez joue un grand rôle dans la façon dont vous vous sentez pendant cette période de changement naturel.

Même si vous ne vous sentez pas vous-même, considérez votre régime alimentaire actuel et votre routine de supplémentation en ce qui concerne la façon dont vous pouvez soutenir vos hormones changeantes, maintenir une température corporelle confortable, gérer votre humeur et stabiliser vos niveaux d’énergie pour être le meilleur “vous” est possible.

Nous avons dressé une liste d’aliments que vous pourriez vouloir éviter, ainsi que de meilleures alternatives pour chacun d’entre eux.

1. Se rafraîchir avec le chocolat chaud

Les boissons chaudes, en général, peuvent vous rendre plus inconfortables si vous avez déjà des bouffées de chaleur. Bien que le chocolat sucré puisse aider à satisfaire les envies de sucreries, les mélanges de chocolat chaud peuvent être chargés de sucre et lorsqu’ils sont mélangés à de l’eau, ne vous vous apportent aucun des nutriments dont vous avez besoin.

Optez plutôt pour un lait chocolaté froid, riche en nutriments et à base de lactosérum. Le lait, qu’il soit de vache, d’amande ou autre, contient naturellement ou est enrichi du calcium et de la vitamine D dont les femmes ménopausées ont besoin pour soutenir la densité osseuse, qui est une préoccupation de santé primordiale à cette étape de la vie.

Isolat de protéines de lactosérum de Thorne – Le chocolat est fabriqué avec du vrai cacao, un ingrédient riche en flavanols qui peut être utile aux femmes ménopausées.

Des recherches ont établi un lien entre la consommation régulière de cacao et l’amélioration de la fonction endothéliale vasculaire chez les femmes ménopausées, ce qui favorise l’élasticité artérielle et une pression artérielle saine.

Essayez une mesure d’isolat de protéines de lactosérum Thorne’s – Chocolat dans huit onces de lait froid pour satisfaire votre envie de chocolat et vous fournir non seulement des protéines, mais aussi des vitamines et des minéraux importants pour vos os : calcium, vitamine D et potassium.

Si votre régime alimentaire ne contient pas beaucoup de calcium ou de vitamine D, envisagez de prendre un complément avec les Basic Bone Nutrients de Thorne pour favoriser la santé des os.

2. Arrêtez la caféine

Même si votre niveau d’énergie traîne, il est préférable de ne pas vous tourner vers le café pour un choc caféine l’après-midi. Pendant la ménopause, vous avez peut-être déjà des problèmes de sommeil – ce que la caféine ne fera pas disparaître.

Des chercheurs de la Clinique Mayo ont découvert que la consommation de caféine est associée à une aggravation des symptômes vasomoteurs de la ménopause, notamment les sueurs nocturnes et les bouffées de chaleur2.

Le jury n’a pas encore décidé si une consommation modérée de café est bénéfique ou non pour d’autres raisons, mais nous savons que chacun a une tolérance différente à la caféine. Au lieu de la caféine, envisagez une autre option pour aider à maintenir des niveaux d’énergie stables.

Des recherches ont démontré que le riboside nicotinamide, un ingrédient actif du ResveraCel® de Thorne, est un précurseur direct du NAD+, qui soutient la biogenèse mitochondriale et la production d’énergie, et aide à réguler le métabolisme et le vieillissement cellulaire*.

Des quantités suffisantes de NAD+ améliorent l’énergie mitochondriale dans le cœur et stimulent la production d’ATP, source d’énergie, qui apporte un soutien aux personnes fatiguées*.

3. Lâcher les beignets

La baisse des niveaux d’œstrogène et de progestérone se produit pendant la ménopause et peut être à l’origine d’une augmentation des envies de sucre. Combattez l’envie de consommer des aliments riches en calories, transformés et riches en glucides comme les beignets, les gâteaux et les biscuits.

La consommation de ces aliments ou d’autres aliments sucrés déclenche un effet domino de changements hormonaux et de variations d’énergie et pourrait entraîner une prise de poids ou un risque accru de maladies cardiovasculaires.

Plutôt qu’une pâtisserie à forte teneur en calories, recherchez une alternative à forte teneur en nutriments et savoureuse. Les aliments riches en protéines ou en fibres vous donnent une sensation de satiété et améliorent le contrôle du glucose et l’effet de l’insuline.

Essayez de grignoter un bol de gruau additionné de beurre d’arachide pour les protéines, de baies pauvres en glucides et contenant des phytonutriments et des antioxydants, et de cannelle pour aider à stabiliser votre réponse glycémique.

Vous cherchez une option encore plus pratique ? Le MediBolic® de Thorne est une formule à base de protéines de pois et de riz à laquelle ont été ajoutées des fibres solubles, un complexe complet de vitamines et de minéraux, ainsi que des plantes et des nutriments uniques pour les personnes intéressées par la gestion du poids ou le syndrome métabolique.

4. Sauter les aliments épicés

Les aliments épicés fournissent beaucoup de chaleur qui peut stimuler votre métabolisme. En fait, des recherches suggèrent que les épices peuvent augmenter la dépense énergétique jusqu’à 130 kcal par jour3, ce qui est utile pour la gestion du poids.

Mais, tout comme la consommation de boissons chaudes, la consommation d’aliments épicés peut également provoquer des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes ou d’autres problèmes de contrôle de la température que vous pouvez rencontrer pendant la ménopause.

Le thé vert est populaire pour ses propriétés antioxydantes et son effet thermogénique (combustion des graisses), et le supplément de Thorne au phytosome du thé vert contient des extraits qui peuvent augmenter la dépense énergétique naturelle et l’oxydation des graisses.

Le phytosome du thé vert est un supplément décaféiné, et l’extrait est soutenu par des recherches montrant une augmentation du taux métabolique, un métabolisme des graisses amélioré, et une perte de poids plus importante que chez les personnes ayant pris un placebo sur le même régime.*4 Ou essayez le MediBolic de Thorne et couvrez plusieurs bases, puisqu’il contient également le phytosome du thé vert.

5. Évitez l’alcool

L’insomnie est une des principales plaintes des femmes en période de ménopause. Elle est probablement causée par une baisse des niveaux d’œstrogènes, une diminution progressive de la production de mélatonine liée à l’âge et une augmentation de l’incidence des sueurs nocturnes. La principale plainte concerne les difficultés à s’endormir ou à rester endormies, avec des réveils nocturnes et matinaux fréquents.

L’alcool est connu pour diminuer la production de mélatonine, qui est responsable de la régulation de vos cycles sommeil-éveil.

Des recherches montrent que 2 à 3 boissons alcoolisées consommées une heure avant le coucher peuvent diminuer le niveau de mélatonine jusqu’à 19 % chez les femmes.5 La consommation d’alcool est également associée à une augmentation des bouffées de chaleur.

La supplémentation en mélatonine peut être bénéfique pour les personnes ayant des difficultés à dormir en raison d’un faible taux de mélatonine. La recherche indique que la mélatonine exerce son efficacité de promotion du sommeil en diminuant le temps nécessaire pour s’endormir, en favorisant la capacité à rester endormi et en améliorant la profondeur du sommeil.*

Si vous n’êtes pas sûr que votre taux de mélatonine soit normal sur un cycle de 24 heures, essayez le test du sommeil de Thorne.

6. Oubliez les morceaux de viande grasse

En fonction du reste de votre alimentation et de votre statut actuel en matière de risque cardiovasculaire, vous pouvez remplacer les steaks ou la poitrine de porc par un beau morceau de poisson gras comme le saumon ou le thon blanc.

Les poissons sont riches en acides gras oméga-3 comme le DHA et l’EPA qui contribuent à réduire le risque de maladies cardiovasculaires, qui augmente chez les femmes lorsque les niveaux d’œstrogènes chutent.

Une étude a montré que les femmes qui consomment régulièrement des portions de poisson gras voient leur ménopause naturelle retardée de 3,3 ans, ce qui est associé à une diminution du risque de maladie cardiovasculaire et d’accident vasculaire cérébral.

La même étude a également fait état d’un retard de la ménopause chez les femmes qui consomment davantage de vitamine B6, de zinc et de légumineuses6.

Si vous ne mangez pas de poisson ou si votre alimentation ne contient pas suffisamment d’acides gras oméga-3, pensez à prendre ces acides gras essentiels sous forme de suppléments, comme Thorne’s Omega Plus, qui contient du DHA et de l’EPA provenant du poisson, ainsi que du GLA provenant de l’huile de bourrache – tous ces éléments contribuent à la santé de la peau, des os, des articulations, du cœur, des vaisseaux sanguins et des systèmes respiratoires.

 

 

 

Advertisement

Leave a Reply

Ad Blocker Detected

Our website is made possible by displaying online advertisements to our visitors. Please consider supporting us by disabling your ad blocker.

Refresh